Taricaya Ecoreserve

Août 2019

 

Dans les années 80, l’entrepreneur péruvien Fernando Rosemberg acquiert des terres dans la partie amazonienne du Pérou, au bord du fleuve Madre de Dios, avec pour but de protéger le lieu des chasseurs, de l’industrie du bois et tout intrus pouvant créer des dommages à la biodiversité du lieu.

Cette région abrite deux zones dont la biodiversité est une des plus importantes de la forêt amazonienne : le parc national Manu et la réserve nationale Tambopata.

Fernando reçoit quelques années plus tard du gouvernement 476 hectares de terres à protéger. Avec son ami biologiste anglais, Stuart Timson, et grâce à l’appui de Projects Abroad, il monte le projet de conservation impliquant la venue de volontaires : en 2001, l’association Taricaya Research Center naît. Une équipe se met alors en place pour pouvoir accueillir les dizaines de volontaires qui viennent chaque année apporter leur aide à l’association.

 

En 2019, le centre Taricaya est reconnu au Pérou comme le leader en terme de conservation de faune sauvage et utilisation des ressources de la forêt, travaillant en communion avec la population locale.

De nombreux projets, couronnés de succès, ont vu le jour :

- réintroduction de singes-araignées, dont la population était localement éteinte

- repeuplement des tortues locales taricaya et protection contre le braconnage

- recherches sur la biodiversité (recensement par pièges photographiques, baguage d’oiseaux...)

- agriculture forestière

 

Le centre Taricaya possède également un refuge pour les animaux sauvages braconnés, dont certains ne peuvent pas être relâchés dans la nature : de nombreuses espèces s’y côtoient, tels que pumas, jaguarondis, ocelots mais également ours à lunette, tapirs, singes-hurleurs, aras…

 

En savoir plus : voici le lien vers le site Internet de l'association, page Facebook ainsi que le lien vers le site francophone de Projects Abroad.